[00] [01] [02] [03] [04] [05] [06] [07] [08] [09] [10] [11] [12] [13] [14] [15] [16]



Ces bâtiments, alors que l’espoir n’était pas encore englouti de les voir servir, ont-ils subi l’inspection furieuse du Général Rommel ? les remontrances bureaucratiques du général von der Chevallerie ? les velléités héroïques de Blaskowitz ? ont-ils été construits par des ouvriers « volontaires » requis dans les pays occupés ? caucasiens ? géorgiens ? espagnols ? sénégalais ? ont-ils constitué  la récompense de jeunes gens convaincus et dociles prélevés par le gouvernement de Vichy sur les meutes enthousiastes des Chantiers de Jeunesse ? ou parmi les milliers d’ouvriers des Ponts & Chaussées gracieusement fournis par ce même gouvernement de Vichy pour contribuer à l’assomption technique du Grand Reich ?

L’état-major avait affecté les Krankendivision à la surveillance de ces plages, divisions de soldats malades hallucinés par les batailles du front Est, que l’on reposait sur les rivages déserts de l’Atlantique. Mais il est vrai qu’il était vain de demeurer vaillant puisque ce décor si grandiose était tout sauf le théâtre des opérations, puisque le débarquement était prévu ailleurs, puisqu’à Casablanca, un acteur sosie de Montgoméry chuchotait à l’oreille d’un diplomate espion de fausses confidences sur un éminent débarquement en Méditerranée et que, parmi tant de leurres, de vraies bombes étaient larguées au Nord, simulant une attaque soudaine, puisque, aussi bien, un faux quartier général, caché dans la banlieue de Londres, envoyait des messages fantaisistes habilement codés pour qu’on les décrypte. A quoi bon cette permanente vigilance alors que plus au Nord, à l’épicentre du drame, le général Marcks, dans une nuit sombre traversée par les sifflements des aéroplanes alliés, fêtait son anniversaire dans son QG de Saint-Lô et, puisqu’à Berlin, Jodl, par crainte de déclencher une colère définitive qui aurait raison de sa soumission légendaire, refusait de réveiller Hitler et qu’il faudrait donc attendre le lever du jour pour déplacer les panzer divisions pourtant indispensables au déroulement de la catastrophe proche.